SYDNEY 2&3/6

Au programme aujourd’hui : Bondi Beach, la plage la plus connue de Sydney, où se pavanent surfeurs bronzés pieds nus et corps parfaits. 

J’ai toujours de grosses douleurs, bien vite mises KO par le combo antibios/joie d’être à Bondi quand je vois le premier tag « Hi from Bondi Beach » sur un mur. C’est fou ce que le moral peut faire !

On est rapidement pris par l’ambiance solaire et décontractée du lieu. Lucas est encore plus persuadé qu’il s’est trompé de ville. 

On fait un arrêt au dessus de la fameuse Icebergs Pool, une nana en maillot rouge défile sur le bord de la piscine comme Kylie Jenner en s’assurant bien que tout le monde la regarde, elle est un peu plus dégoutée quand une grosse vague la gifle, ruine sa coiffure, son moment de gloire et que en effet, tout le monde la regarde. CHEH.

On va ensuite sur la plage et le bain est un peu sportif : il y a de bonnes vagues et en 2 pas tu passes de l’eau aux genoux à l’eau au nombril. Quand tu fais 1m58 c’est gênant.

Des dizaines de mouettes nous tournent autour, ici elles sont mignonnes mais je prie quand même le dieu de la chiure pour qu’elles se retiennent de tout accident.

Le soir je vais mieux, et ça c’est miraculeux.

On mange dans un restaurant indien, Masala Theory, dans le quartier des restos, Surry Hill. C’est pas mal, de la cuisine indienne revisitée façon « gastro », avec des présentations plus originales que la cuisine indienne traditionnelle. Ce qu’ils auraient pas dû revisiter en revanche c’est leur playlist. Ils passent de la mauvaise musique électro, un peu trop forte.

On marche dans Surry Hill et Darlinghurst, le quartier LGBT de Sydney. Ça bouge, l’ambiance est sympa, il y a un énooorme arc en ciel peint au sol dans une rue et des dizaines d’autres sous toutes les formes dans les boutiques, les bars…

En rentrant on voit un truc flotter dans l’air et descendre… On s’approche et on voit que c’est une araignée énorme (en tout cas la plus grosse qu’on ai vu jusque là, mais je vous en reparle après avoir vu ma première Huntsman…) qui descend tranquille en rappel d’un gros arbre au dessus de nos têtes. Le coup des araignées qui tombent du ciel en plein centre ville j’étais pas prête !

C’est notre dernier jour en amoureux avant que les copains débarquent.

On commence la journée par un tour à The Rocks market, un marché où se mêlent stands locaux et stands plus touristiques, mais difficile de trouver des marchés 100% locaux en 2019 non ? 

Tu peux y acheter des pattes de kangourous décapsuleur ou des testicules porte-clefs. Une bien belle idée de souvenir à ramener à ta grand-mère.

On prend le ferry pour Manly Beach, une des baies de la ville, la balade est agréable. Quand on voit que certains font le trajet pour leur travail dans un ferry, vue sur l’opéra et pas dans un métro bondé avec 24cm2 d’espace vital on se dit que la vie à Sydney est pas dégueu.

Manly a une ambiance sympa aussi, il y a beaucoup de vent sur la longue plage et les surfeurs sont au rendez-vous. Des terrains de volley sont pris d’assaut par des corps bronzés. Pas évident pour se baigner en revanche.

Il y a un rassemblement de Kombi Volkswagen, je bave devant chacun d’entre eux et je fais les yeux doux à Lucas pour qu’un jour, on roule au volant d’un de ces petits bijoux. 

On marche vers une plage de coquillages plus petite qui se trouve en face, Shelly Beach (forcément).

Sur le chemin qui longe la côte pour y accéder il y a des panneaux : « ne pas caresser les dragons d’eau » avec en photo des lézards beaucoup trop gros pour ce monde. Pourquoi je voudrais les caresser et d’ailleurs pourquoi y’a ces sheitaneries ici ?? Lucas est tout content et il part à leur recherche (comme à chaque fois que je veux fuir quelque chose quoi.)

On reprend un ferry pour Watsons Bay, à l’opposé de Manly, pour voir Diamond Bay. Le ciel commence à être chargé. J’avais vu des photos de Diamond Bay, je trouvais ça vraiment beau, ça semblait sauvage, mais une fois sur place c’était une petite déception. Instagram nous ment. La falaise est au coeur d’un quartier résidentiel très aisé, et si la photo bien cadrée est jolie le hors champ c’est : des immeubles, une passerelle en métal, et beaucoup trop d’asiatiques qui se font des séances shootings qui durent 20 minutes. (J’ai rien contre les asiats mais ils ont vraiment le chic pour faire des photos d’eux partout, dans toutes les positions, beaucoup trop longtemps. Même Bella Hadid elle en aurait assez de poser à ce rythme. Alors que quand Lucas me prend en photo ça dure 4 secondes, j’ai une position entre deux et à la fin je ressemble à un oeuf dur.)

Le soir on mange dans Newtown et on se prend une glace chez Messina (mon glacier préféré du monde entier, présent à Melbourne et Sydney), la 3ème en trois jours, on est sur une petite addiction tout de même.

Sydney 1/6

Hello, on a terminé notre trip en Tasmanie il y a trois jours (toujours pas écrit ça), on est actuellement à Sydney et du coup on a retrouvé l’électricité, l’eau chaude et ce merveilleux outil qu’est internet ! Je peux enfin faire renaître ce blog de ses cendres, tel un phénix. Mais pas vraiment pour longtemps car mercredi prochain on repart en van sur la côte Est. Ces trois prochains jours à Sydney sont aussi les derniers en amoureux avant un petit bout de temps car amis et famille arrivent les uns après les autres dès dimanche. (ils sont làààà)

On a rendu notre van Fidel, ou fidèle van (oui bon ça va, finalement il a été niquel et il portait bien son nom…) à Hobart en Tasmanie mercredi et on a pris un vol pour Sydney en fin d’aprem dans un mélange de tristesse (de quitter cette île merveilleuse), d’excitation (une semaine à Sydney) et de grosse angoisse car j’ai commencé la veille une de mes éternelles crises infectieuses et qu’il n’y avait que deux solutions : que ça passe seul miraculeusement ou qu’on doive encore passer par la case opération mais le coût des soins en Australie pouvait vite faire tourner le voyage au cauchemar. C’est donc avec la boule au ventre qu’on se prend une petite claque de beauté en arrivant sur Sydney.

En dessous de nous la ville est immense. On voit le Harbour Bridge, l’Opéra et les différentes baies. On se rend compte qu’on passe un cran au dessus dans le waouh (désolé les dunkettes, on est sur un effet waouh), que cette ville promet d’être grandiose.

Après un atterrissage beaucoup trop rapide pour moi (maiiiiis Lucas, il va vachement viteeee làààà) (il manquait clairement 1 kilomètre de piste, j’ai cru qu’on allait re-décoller derrière) on grimpe dans le train qui en 20 minutes (L’aéroport en plein centre ville c’est pratique ! Par contre tu vois passer les avions au dessus de ta tête all day long et trop près !) nous emmène dans le quartier de Newtown où se trouve notre Airbnb.

Newtown c’est notre coloc à Melbourne qui nous l’avait conseillé et c’est pile ce qu’on cherchait ! C’est un équivalent de Fitzroy, un quartier qui bouge, bourré de restos, bars, boutiques vintages, à échelle humaine, avec des gens aux looks vraiment stylés. Il y a du street art un peu partout et les dessins sont vraiment chouettes.

On mange dans un petit resto italien conseillé par notre hôte, Pastizzi Cafe. L’estomac toujours noué je me dis que des gnocchis 4 (très) fromages ne pourraient me faire que du bien. Et en effet ils ont un peu aidé.

Le matin il pleut beaucoup. Mais euh… Sydney c’est pas censé être toujours ensoleillé ? On en profite pour faire nos machines, parce que le van c’est bien beau mais à un moment t’es un peu à court de chaussettes !

J’ai toujours de grosses douleurs mais je veux profiter de la ville et positiver alors je me fais un petit dej anti-inflammatoires et nous voilà partis pour Circular Quay en centre ville, qui offre une belle vue sur Harbour Bridge, l’Opéra et la baie. Une fois descendus du train on voit déjà l’opéra au loin. On est tout content. On descend sur le port et effectivement c’est autre chose… Lucas, un peu déçu de Melbourne, semble emballé.

Le port est grand, animé, bruyant, musical, il y a des mouettes un peu partout sur les pontons et le ballet des ferrys jaunes et verts à l’allure rétro qui relient les différentes baies est chouette à voir. On marche vers l’opéra et je suis comme une gosse.

Ça m’a fait un sentiment un peu étrange, je me suis dis : mais je suis vraiment là ? Devant ce truc qu’on voit tous les ans le 1er janvier au jt de Pernault « Ils sont passés en 2019 les premieeeeers, Sydney a tiré son feu d’artifiiiiice ». J’ai pas trop réalisé, c’était beau, grand, impressionnant, tellement magique que j’en oublie que je suis en petite forme. Le pont de l’autre côté de la baie, surmonté des deux drapeaux australiens est lui aussi imposant.

On a marché autour de l’opéra qui est (à mon sens) plus joli de loin. De près c’est des tommettes blanches et crèmes, comme sur les murs de la piscine du quartier tu vois ?

On s’est ensuite baladé dans le quartier The Rocks en dessous du pont, qui est le quartier le plus ancien de Sydney, où les pubs ont encore leur look d’antan, la fana du rétro qui vit en moi a adoré.

Puis on a marché sur le Harbour Bridge, il y a une voie piétonne qui donne du côté de l’opéra et qui permet de le traverser. La vue est très belle, mais forcément bruyante à cause des voitures au milieu ! Tu peux escalader le pont plus haut et le traverser de bout en bout mais c’était bien trop cher, la marche sur la passerelle nous a suffit.

Marche qui nous a mené au Luna Park, un parc d’attractions, celui de Melbourne présente assez peu d’interêt car il fait un peu cheap, mais celui de Sydney a une vraie âme, t’as l’impression d’être en 1930 avec la grosse tête lune et d’autres manèges d’origines comme la roue.

On a ensuite pris le ferry (c’est pas celui de Marseille, celui là il te donne l’impression de faire la croisière de l’année) sans trop savoir où on allait (en fait on savait mais on s’est trompé alors ça nous a juste fait faire une balade trop chouette). On s’est mis sur le pont, à l’aller et au retour, qui offre une vue aux petits oignons sur l’Opéra et Harbour Bridge avec le soleil couchant derrière, j’ai mitraillé de photos et Lucas m’a demandé : « bah alors Pyjoum on en est à combien de photos de l’Opéra, 100? » Pas loin.

Coucher de soleil qui nous a fait comprendre qu’il était temps de se nourrir. On a mangé bavarois (beh ouai logique à Sydney) et on a terminé par une balade nocturne sur Circular Quay, avec un petit feu d’artifice d’environ 12 secondes, tiré en notre honneur. Ça nous a fait zizir et ça fait une belle photo.

Voilà pour notre première journée ! Et à ce rythme de post là, je vous l’accorde : on est pas rendu !